Non classé Coronavirus Télétravail : comment les Français le vivent

Télétravail : comment les Français le vivent

Télétravail : comment les Français le vivent

Sur le papier, le télétravail cumule plusieurs avantages : pas de stress avec les transports, une plus grande autonomie et une meilleure productivité. Mais, dans les faits, comment vivent les 8 millions de personnes en « télétravail forcé »

Crédit photo : Adobe stock

Pas facile d’être à la fois salarié, parent, conjoint, cuisinier et de garder le sourire tous les jours dans un cadre souvent exigu. Avec la séquence qui s’ouvre le 11 mai, la plupart d’entre nous devra poursuivre ce travail à distance pour une durée indéterminée. 7 Français sur 10 y sont favorables même si 30 % estiment que leur santé psychologique s’est dégradée (1).
Alors, cette conversion liée au Covid-19 est-elle le signe d’une révolution durable ? Attention, avertit le Dr Patrick Legeron, psychiatre (2), le télétravail n’est pas une solution miracle. Il fait peser sur les salariés de nombreux risques psychosociaux.
Entretien avec Marion Guérin
(1) Sondage CSA/Malakoff Humanis
(2) Spécialisé dans le bien-être au travail, fondateur du cabinet de conseil Stimulus.

Le télétravail est-il bien vécu par les salariés confinés ?

Dr Patrick Légeron Les sondages montrent un état d’anxiété chez les télétravailleurs. Le télétravail existe depuis longtemps et il est plutôt bien vécu mais aujourd’hui, le contexte est très particulier. Normalement, on choisit de télétravailler, en accord avec l’employeur. Là, c’est un télétravail subi ; le fait de ne pas avoir le choix est beaucoup plus dommageable. Par ailleurs, avant, c’était une organisation en temps partiel, alors qu’actuellement, c’est du temps-plein, ou presque.

Quels sont les risques pour les salariés ?

Dr Patrick Légeron Le premier risque, c’est qu’il n’y ait plus du tout de séparation entre la sphère privée et professionnelle. Avoir une rupture spatio-temporelle permet de protéger sa vie personnelle ; là, il n’y a plus cette rupture.
Le second risque est lié à l’absence de contacts sociaux. La pause café, les discussions entre collègues… ce sont des moments très importants. Cet isolement social complet peut induire des troubles psychiques.
Le dernier risque est lié au fait d’être complètement autonome, sans supervision efficace. Déjà, en temps normal, les salariés français déplorent un management qui manque de présence et de reconnaissance… Là, c’est empiré.
Les managers doivent  se former pour prendre en compte et anticiper ces risques psychosociaux, mettre en place les outils, les stratégies existantes et pour éviter un afflux de télétravailleurs en souffrance.

Le recours accru au télétravail va-t-il modifier notre rapport au travail ?

Dr Patrick Légeron Ce qui est sûr, c’est que cela va modifier considérablement l’organisation du travail. De nombreux spécialistes insistent sur les avantages du télétravail – moins de déplacements, d’embouteillages, mais aussi une plus grande flexibilité… Les entreprises vont accélérer le recours au télétravail, c’est une évidence.
Pour certains salariés, ce sera vécu positivement, mais pour d’autres, moins autonomes, cela pourra être source de souffrance.
Le risque, c’est aussi que les entreprises, voyant que le travail peut être fait à distance, délocalisent certaines activités. Le télétravail pourrait alors précariser l’emploi.

Le travail aura-t-il autant de place dans notre vie ?

Plus globalement, cette crise pourrait modifier notre rapport au travail. Parmi tous les Européens, les Français sont ceux qui accordent le plus de place au travail dans leur vie ; ils surinvestissent leur emploi. Or, cette épidémie, avec les questions existentielles qu’elle a amenées, peut conduire à relativiser l’importance du travail et à lui accorder, à l’avenir, une place plus raisonnable.