Non classé Coronavirus Masques : les précautions à prendre

Masques : les précautions à prendre

Masques : les précautions à prendre

Aujourd’hui, Dr.Good! répond à toutes vos questions sur les masques que nous sommes désormais amenés à porter tous les jours : dangerosité pour notre santé, lavage des masques, masques FFP2, précautions à prendre à l’approche des repas de fêtes et du nouvel an !

Pexels

Ils font partie de notre quotidien depuis bientôt 2 ans. Les masques constituent aujourd’hui l’une des armes maîtresses contre la Covid-19. Comme nous les portons sur notre visage pendant des heures, il est indispensable de s’assurer de leur innocuité. Contiennent-ils des substances chimiques dangereuses ?
Pour le savoir, deux instances officielles (1) ont mené l’enquête.
Dr Good vous propose une synthèse des recommandations.

(1)DGCCRF : Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes
Anses : Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale

Les masques chirurgicaux sont-ils dangereux pour notre santé ?

Non, même si l’analyse de dizaines de références de masques chirurgicaux grand public par l’ANSES révèle la présence de plusieurs substances chimiques : des dioxines, des furanes, des PCB-DL (polychlorobiphényles – dioxin-like), des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) et des COV (composés organiques volatils).
Les masques ne sont pas dangereux car les seuils sanitaires ne sont pas dépassés. Cependant, dans les délais impartis, l’Anses n’a pas pu étudier le relargage des substances émises par les masques, seulement leur composition. Elle demande d’ailleurs aux fabricants de renforcer la vigilance sur les sources de contamination.
Enfin, des inconnues demeurent : la composition des barrettes nasales, des élastiques et des colorants.

Dans quelles conditions, les masques chirurgicaux pourraient-ils présenter des risques ?

Si les conditions d’utilisation ne sont pas respectées, l’exposition aux produits chimiques contenus dans les masques pourrait alors se révéler supérieure aux seuils sanitaires.
En clair, il ne faut pas le porter plus de 4 heures de suite et il faut le remplacer dès qu’il est humide. A cause des frottements et de l’humidité liée à la transpiration, des irritations de la peau peuvent évidemment survenir. Quant aux odeurs qu’ils dégagent, elles ne sont pas synonymes de risque, prévient l’INRS (2).
Si cela vous dérange, sortez-les de leur emballage 48h avant leur utilisation, les émanations de COV seront alors considérablement réduites.

(2 ) Institut national de recherche et de sécurité

Peut-on laver les masques chirurgicaux ?

Une étude du CHU de Grenoble a révélé en octobre dernier que même après 10 lavages, les masques chirurgicaux conservaient un très bon pouvoir de filtration. De l’ordre de 98 %, c’est-à-dire une meilleure protection que celle offerte par les masques en tissu qui se situe autour de 90 %.
Officiellement, les masques chirurgicaux restent cependant des dispositifs à usage unique car à l’hôpital, ils ne peuvent en aucun cas être réutilisés à cause du risque infectieux.
Les seuls masques officiellement réutilisables sont les masques textiles dont la fabrication est encadrée par des normes très précises, prévoyant notamment des essais de performance.

Et les masques FFP2, pourquoi certains doivent-ils être évités ?

Ces masques, plutôt réservés aux professionnels de santé, peuvent parfois contenir un nanomatériau appelé le graphène. Or, l’inhalation des particules de ce matériau pourrait présenter un risque pulmonaire. C’est pourquoi en avril dernier, les autorités canadiennes les ont retirés du marché.
En France, ils ne sont plus distribués depuis le mois de mai et l’ANSES estime que « les données disponibles ne mettent pas en évidence de situations d’exposition préoccupantes ». Mais faute d’information précise sur la présence et la toxicité du graphène, c’est le principe de précaution qui prévaut.
L’agence sanitaire recommande aux autorités publiques de privilégier la mise sur le marché ou la mise à disposition de masques sans graphène. Si vous avez encore des FFP2 chez vous et si vous voulez savoir s’ils contiennent du graphène, connectez-vous au site Rappel Conso.

Et pour les fêtes de fin d’année, quelles précautions faut-il prendre ?

En pleine 5ème vague et avec l’arrivée du nouveau variant Omicron, le conseil scientifique a émis des recommandations pour éviter que les fêtes ne provoquent « des clusters géants ». « Les mesures individuelles permettant de limiter la transmission du virus incluent le port du masque en milieu clos (ou ouvert si forte densité humaine) », précise-t-il.
Si contrairement à l’an dernier, le nombre de convives n’est pas fixé, le conseil préconise tout de même de limiter le nombre de participants, de s’assurer que les personnes fragiles ont bien reçu leur dose de rappel, d’aérer régulièrement les locaux, et de pratiquer un autotest le jour même ou un test antigénique la veille ou le jour-même de l’évènement. Et ce même si vous avez été vacciné…