Non classé Coronavirus Covid-19 : faut-il faire un test et lequel ?

Covid-19 : faut-il faire un test et lequel ?

Covid-19 : faut-il faire un test et lequel ?

Les tests PCR sont nos grands alliés dans ce combat contre le coronavirus. Depuis peu, les tests antigéniques ont fait leur apparition. Avec l’équipe Dr. Good!, nous verrons quels sont leurs avantages et dans quelles situations est-il préférable d’utiliser un test plutôt qu’un autre.

Adobe Stock – Minerva Studio

Deux millions de tests par semaine ! C’est vrai, la France est l’un des pays qui effectue le plus de tests au monde. Mais il faut bien reconnaître que nous ne faisons que rattraper notre retard. Afin d’être capable d’assurer le triptyque « dépister – tracer – isoler », l’Etat a commandé 20 millions de tests antigéniques.
Vous êtes perdu ?
Quel test faire, dans quelle circonstance ? Sont-ils tous aussi fiables ?Normal, au fil des mois, le gouvernement a fait considérablement évoluer la politique de dépistage.
Dr Good fait le point sur les tests PCR, antigéniques, salivaires et sérologiques.

Des tests antigéniques arrivent dans les pharmacies. Puis-je les utiliser en remplacement des tests traditionnels ?

Moins sensibles que les PCR, les tests antigéniques, qui permettent de repérer les protéines produites par le virus, ont malgré tout de gros avantages : résultats disponibles en 30 mn, plus besoin de faire la queue au labo puisque pharmaciens, médecins, infirmiers les réalisent. Ils étaient réservés à des opérations collectives de dépistage. Les personnes asymptomatiques peuvent désormais les utiliser.

Seules les personnes à risques de développer une forme grave ont intérêt à privilégier la PCR. Ce test virologique recherche directement la présence du virus.

Si vous redoutez vraiment le prélèvement naso-pharyngé, vous pouvez toujours opter pour le test salivaire, mais uniquement si vous avez des symptômes. Sinon, ils ne sont pas assez fiables.

Quant aux tests sérologiques, ils permettent de détecter la présence d’anticorps et donc de savoir si vous avez croisé la route du virus.

Avec un recours massif aux tests, les délais d’obtention des résultats ne risquent-ils pas de s’allonger ?

Et si… Entre le 26 octobre et le 1er novembre, « la part des tests validés en moins de 24 heures et 48 heures diminue notablement », a reconnu le ministère de la Santé. Dans 80 % des cas, vous avez tout de même les résultats dans les 48 h.

Cependant, tous les départements ne sont pas sur pied d’égalité : en Haute-Marne et en Lozère, il faut patienter 2,5 jours contre une petite journée en Corse et en Occitanie.

Le déploiement massif des tests antigéniques devrait permettre de raccourcir à nouveau ces délais.

Mon employeur propose un dépistage. Dois-je m’y soumettre ?

Avec le déploiement massif des tests antigéniques, des entreprises commencent en effet à organiser des campagnes de dépistage parmi leurs salariés. Le gouvernement l’a autorisé pour éviter de saturer les laboratoires. Toutefois, il s’agit bien sûr d’une proposition et non d’une obligation. De plus, les résultats ne doivent en aucun cas être transmis à l’employeur afin de respecter le secret médical.
Le test doit enfin être pratiqué par un professionnel de santé formé, le tout encadré par la médecine du travail.
Enfin, c’est l’entreprise qui prend en charge le coût, et pas l’Assurance maladie, ni bien sûr le salarié lui-même !

Pour fêter Noël en famille, n’avons-nous pas intérêt à faire des tests au préalable ?

C’est évidemment à chaque famille de décider mais, comme l’a souligné le ministre de la Santé, « Noël c’est le moment où les générations se retrouvent dans la même salle. Elles peuvent se retrouver avec attention, précaution et peut-être des tests ». Interrogée par France Info, le Pr Anne-Claude Crémieux, (maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Louis à Paris) estime qu’il est alors préférable d’avoir recours aux tests PCR plutôt que « de se laisser faussement rassurer » par des tests antigéniques. Il faudra alors le réaliser dans les 48 à 72h avant Noël.

Sans prescription et sans symptôme, rappelez-vous que vous n’êtes pas prioritaire et que le temps d’attente peut être long mais largement supportable au regard du risque que l’on peut faire courir à ses proches.

Si je dois voyager, quelle est la règle ?

Tout d’abord, il est recommandé de limiter au maximum vos déplacements. Les frontières extra-européennes sont d’ailleurs fermées. En revanche, si vous résidez dans un pays de l’Union et que vous voulez par exemple rentrer pour Noël, ni test, ni quarantaine au programme. C’est aussi pour le cas dans quelques autres pays tels que le Royaume-Uni (liste complète). Si vous allez vers les territoires d’outre-mer, test obligatoire !

Et pour ceux qui « doivent » quitter l’hexagone, l’Europe a adopté un principe commun qui repose sur la situation sanitaire. Les pays classés en zone « orange » ou « rouge » choisissent ensuite les mesures de restriction : test et/ou quarantaine. A partir du 23 novembre, l’Espagne demande par exemple un test PCR négatif de moins de 72h aux Frenchies. Attention, les couleurs peuvent changer toutes les semaines. (voir ici ).