Les actus Dr Goodnews Bien-être Être optimiste : ça se travaille tous les jours !

Être optimiste : ça se travaille tous les jours !

Être optimiste : ça se travaille tous les jours !

Comment être optimiste dans ce contexte de pandémie mondiale ? C’est une question que de nombreux Français et Françaises se posent. Projets d’avenir, petites actions et plaisirs du quotidien, Catherine Testa, auteure de Osez l’Optimisme, nous explique tout sur l’optimisme et nous donne ses conseils pour pouvoir se projeter au-delà de la crise.

Adobe Stock

Le moral dans les baskets, les projets en berne, les Français dépriment, nous disent les sondages. Difficile, même avec les beaux jours, de se projeter sur des jours meilleurs. Et pourtant ! Voir la vie du bon côté, c’est possible.
C’est même un état d’esprit, affirme Catherine Testa, auteur de Osez l’Optimisme (ed.Michel Lafon).Pour surmonter la crise sanitaire, cette conférencière nous donne quelques clés : apprendre à se connaître, être à l’écoute des autres, développer de nouvelles activités. Bref, réviser son logiciel.

Quelle est votre définition de l’optimisme ?

Catherine Testa. En France, on confond souvent l’optimisme avec la naïveté. J’ai vécu aux Etats-Unis, en Espagne et au Portugal et je n’ai jamais constaté cela dans ces pays. Demandeur d’emploi ou Infirmière, nous vivons tous une crise phénoménale. Pour moi l’optimisme, c’est vraiment partir du prérequis que demain peut être meilleur qu’aujourd’hui et qu’il faut tout faire pour contribuer à cette amélioration de l’existence. C’est ce qui nous permettra de surpasser la crise. L’optimisme ce n’est pas voir la vie avec des lunettes roses. C’est se dire que l’on peut agir !

Alors comment fait-on ?

Catherine Testa. Se dire optimiste, c’est avoir conscience que l’on a des possibilités sur un périmètre d’action et savoir que l’on peut contribuer à l’embellissement de la société. Cela passe par des constats, par exemple, de notre situation actuelle : l’épidémie, le confinement, les problèmes environnementaux.
Puis on réfléchit en tant qu’individu à ce que l’on peut accomplir pour changer notre existence. Chacun peut agir avec des petites actions du quotidien. Appeler un collègue parce qu’on sent qu’il ne va pas bien, saluer une salariée à qui personne ne dit jamais bonjour. Ces gestes peuvent transformer la journée de la personne.

Comment se projeter au-delà de cette crise ?

Catherine Testa. Nous avons souvent tendance à réfléchir à court terme. Il faut vivre cette situation comme une expérience. Personnellement, je vois la vie comme un gros livre avec plusieurs chapitres.
Dans ce chapitre Covid, il est tout à fait normal de ne pas se sentir bien. Il faut réussir à accueillir ses émotions et ses incertitudes et de vivre dans le présent en se demandant ce que nous pouvons en tirer. Profitez de la situation actuelle, telle qu’elle est ! Par exemple, si je suis en chômage partiel, si je suis retraitée, pourquoi ne pas en profiter pour lire davantage ? Et c’est valable pour la peinture, l’entreprenariat, la couture, le sport…
Le plus bel affront que nous pouvons faire à cette crise, c’est de vivre pleinement ses journées et accorder du temps à ses projets de vie ! Mais Il est primordial d’avoir la perspective du chapitre d’après.
Entretien réalisé par Capucine Marivain

« L’optimisme, ce n’est pas voir la vie avec des lunettes roses. C’est se dire que l’on peut agir ! »