Les actus Dr Goodnews Santé Bières fortes : les ados trinquent

Bières fortes : les ados trinquent

Bières fortes : les ados trinquent

Avec un marketing ciblé, un prix attractif, les bières ultra-fortes favorisent le binge-drinking chez les jeunes et les risques qui l’accompagnent.

Crédit : Adobe Stock par Miki Studio

Certaines bières explosent les compteurs avec un taux d’alcool de 16,8 %. De quoi rendre ivre de rage le Pr Axel Kahn. Pour le président de la Ligue contre le cancer, ces boissons favorisent le « binge drinking » chez les plus jeunes. L’alcool est la 2e cause évitable de mortalité par cancer après le tabac. Faut-il les interdire ?
Interrogés par « C’est que de la télé »(@CQDLT8), 57 % des twittos y sont favorables. Et vous ?


Existe-t-il des études scientifiques basées sur cette déclaration ?
Oui, l’alcool est un cancérogène avéré. L’éthanol qu’il contient est transformé dans l’organisme en acétaldéhyde, un composant qui favorise le développement de certains cancers. Selon l’OMS, une femme qui consomme 4 verres de vin par jour voit ainsi son risque de cancer du sein augmenter de 50 % et 130 % à partir de 8 verres quotidiens. L’alcool serait ainsi à l’origine de 16.000 décès par cancer chaque année en France.

Les jeunes d’hier ou d’aujourd’hui n’ont pas eu besoin d’attendre de grosses bières à 17° pour sombrer dans l’alcool ou d’autres addictions.
Ce qui est reproché aux bières ultra-fortes, c’est de cibler directement les plus jeunes. Elles attirent l’œil avec leur allure colorée, leur nom provocant (Maximator, Belzebuth, Armageddon, etc.) et jouent souvent sur les codes de la virilité. La plupart n’hésitent pas à vanter leur haut degré d’alcool, allant à jusqu’à en faire un argument marketing.

Dans ce cas-là, autant interdire la vente de tous les alcools forts, pourquoi que la bière ?
En effet, aucun type d’alcool n’est plus à risque qu’un autre. C’est la quantité d’alcool pur consommée qui expose au risque de cancer. Les bières ultra-fortes favorisent toutefois le « binge drinking ». Avaler une canette de bière Mega Demon 50cl (16°) – vendue moins de 2 € – est l’équivalent de 7 demis de blonde classiques ! Pour y remédier, l’État pourrait imposer un système de prix minimum par unité de boisson alcoolisée, ce qui conduirait à augmenter le prix de ces bières.

Les bières fortes en hiver, c’est parfait pour se réchauffer.
Pas du tout. Si la consommation d’alcool donne un sentiment de chaleur, c’est parce qu’elle participe à la dilatation des petits vaisseaux, entraînant un afflux de sang. La température de la peau va légèrement augmenter. Mais l’organisme va vite payer l’addition de stock de chaleur envoyé vers la peau et se refroidir rapidement. Donc pour l’hiver, mieux vaut privilégier un bon chocolat chaud !