Les actus Dr GoodVeto Chien Arthrose : quand notre chien se rouille

Arthrose : quand notre chien se rouille

Arthrose : quand notre chien se rouille

L’arthrose est une maladie dégénérative du cartilage des articulations qui peut également toucher nos animaux. Notre vétérinaire Hélène Gateau nous explique de quelle manière cette maladie se manifeste chez nos chiens et comment apaiser leur douleur.

Adobe Stock – Sergey

Et oui, chez nos chiens aussi, l’hiver, le temps froid et humide peuvent réveiller des douleurs de type arthrosique. Des solutions existent pour les soulager.

C’est quoi au juste l’arthrose ?

L’arthrose est une maladie dégénérative du cartilage des articulations. Le cartilage recouvre les surfaces osseuses d’une articulation : il assure sa mobilité et amortit les chocs. Cependant, lorsqu’il s’use, il s’amincit et les os se retrouvent « à nu ». En réaction, les surfaces osseuses s’épaississent et des excroissances se forment au sein de l’articulation.

Quand mon chien peut-il faire de l’arthrose ?

L’arthrose peut apparaître lorsque l’animal vieillit (le cartilage s’use). Chez les animaux plus jeunes, une mauvaise conformation articulaire ou un traumatisme peuvent entraîner une usure anormale du cartilage ; chez les chiens obèses, les articulations sont anormalement sollicitées. Les articulations les plus touchées sont la hanche, le coude, l’épaule et le genou.

Quels sont les symptômes qui doivent m’alerter ?

L’arthrose se manifeste par une rigidité à froid, accompagnée ou non de boiterie. Au début, cette raideur s’atténuera après quelques minutes, quand l’articulation aura été un peu mobilisée. Votre chien peut aussi avoir du mal à monter les escaliers, à grimper en voiture, être moins disposé à jouer ou à se promener. Il peut parfois avoir des réactions agressives si vous touchez l’articulation douloureuse en le brossant ou en le portant, par exemple.

Comment le soulager ?

Des anti-inflammatoires pourront être prescrits mais uniquement lors de crises. Sur le long terme, il est préférable  de recourir aux acides gras essentiels et aux chondroprotecteurs (protecteurs de cartilage), qui ont moins d’effets secondaires et qui soutiennent le cartilage. Certains aliments industriels en contiennent d’ailleurs !
D’autres méthodes se développent en médecine vétérinaire : l’injection de cellules souches, le laser ou encore les ondes de choc.
Les médecines parallèles peuvent aussi apporter de bons résultats : homéopathie, phytothérapie ou acupuncture.

Continuez à stimuler votre chien et à lui proposer des activités. Il ne faut jamais arrêter les exercices physiques mais on peut adapter l’effort en fonction de l’animal.