Les actus Dr Goodnews Brèves Maladies rares – Écrans – Contraception – Règles

Maladies rares – Écrans – Contraception – Règles

Maladies rares – Écrans – Contraception – Règles

Rares mais nombreuses

Globalement, on voit de quoi il s’agit : 9 Français sur 10 ont déjà entendu parler des maladies rares, selon un sondage diffusé à l’occasion de la Journée internationale du 29 février. Une majorité de répondants savent qu’elles sont difficiles à diagnostiquer et qu’elles sont invalidantes… Mais ils sont nombreux à se tromper sur la prévalence (moins de 30 000 personnes pour une maladie donnée). En France, 3 millions de personnes souffrent d’une des 6 000 à 8 000 maladies rares. 80 % d’entre elles ont une origine génétique.

2h19min

C’est le temps moyen passé sur Internet chaque jour par les Français. Selon un vaste sondage, 92 % des foyers sont équipés d’un accès au réseau et la fréquentation sur mobile augmente (1h24 mn en moyenne par jour). Les 15-34 sont les plus grands utilisateurs : chaque jour, ils surfent en moyenne 3h14 mn sur le Web. Les réseaux sociaux représentent 32 % du temps de navigation ; 6 Français sur 10 s’y connectent quotidiennement.

Contraception : et toi, c’est quoi ?

Le schéma préservatif-pilule-stérilet, c’est dépassé ! Pour trouver la contraception adaptée à chaque profil, Santé Publique France a mis en ligne un outil personnalisé. Sur choisirsacontraception.fr, un test permet de passer en revue ses priorités, ses habitudes, son mode de vie… Autant de facteurs qui peuvent influer sur le choix de la méthode. En France, la pilule reste le premier moyen de contraception, mais pour de nombreuses femmes, elle est inadaptée. D’où l’intérêt de s’interroger sur la meilleure méthode pour soi !

Jouer dans les règles

C’est une première dans le monde du football : un club féminin anglais, le Chelsea Women, a adapté ses entraînements aux cycles menstruels des joueuses. De fait, avoir ses règles peut avoir un impact direct sur les performances et le jeu (moins bonne coordination, variation d’appétit et de poids…). Par ailleurs, le risque de blessure est augmenté, ont constaté les dirigeants de l’équipe. Avec l’aide de médecins, et d’une application permettant de calculer les cycles menstruels de chacune, les entraînements donc ont été revus pour s’adapter aux joueuses. Une belle avancée !