Les actus Dr Goodnews Brèves Smartphone – Champignons -Rougeole – Miracle

Smartphone – Champignons -Rougeole – Miracle

Smartphone – Champignons -Rougeole – Miracle

Un texto… et paf le poteau !

Les blessures liées à l’usage du téléphone portable sont en nette augmentation depuis une dizaine d’années, selon une étude américaine qui montre une multiplication des cas d’atteintes à la tête et au cou en lien avec des smartphones. Plutôt rares avant 2007, ces blessures ont vu leur nombre exploser avec l’essor des contenus multimédias et des écrans tactiles, qui diminuent la vigilance des utilisateurs. Comme par exemple la lecture de la newsletter Dr Good ! Trop tard, peut-être ?

10 625

C’est le nombre de personnes intoxiquées en revenant de la cueillette aux champignons, entre 2010 et 2017. Parmi elles : 5 décès. Le bolet et l’agaric sont souvent cités, mais dans la plupart des cas, les champignons incriminés ne sont pas connus. Pour éviter la cata, une solution : s’informer ! Les mairies et les associations organisent des promenades en forêt gratuites pour apprendre la cueillette en toute sécurité. Sans oublier, votre pharmacien préféré.

Les ravages de la rougeole

En 2018, la rougeole a fait 142 000 morts dans le monde, selon l’OMS. Soit une hausse de 15 % par rapport à l’année précédente et ce, alors qu’un vaccin existe. Mais lacouverture vaccinale reste insuffisante dans de nombreux pays et régions, comme les Iles Samoa où l’épidémie actuelle a déjà fait 70 morts, dont une majorité d’enfants. Pour qu’une population soit protégée, il faut qu’elle atteigne 95 %. En France, où 2902 personnes ont contracté le virus en 2018, la couverture vaccinale n’est que 78 % à l’âge de deux ans.

Miracle espagnol

En Espagne, une femme a été réanimée après plus de six heures d’arrêt cardiaque. Victime d’une hypothermie sévère lors d’une excursion dans les Pyrénées, Audrey Marsh ne présentait aucun signe d’activité cardiaque et sa température corporelle était inférieure à 18 degrés lorsque les secours sont arrivés. Pourtant les équipes médicales ont pu faire repartir son cœur en utilisant une technique qui permet d’extraire le sang du corps, de le réchauffer, de l’oxygéner et de le réintroduire dans l’organisme via une artère. Une semaine après, Audrey Marsh a quitté l’unité de soins intensifs sans séquelles neurologiques