Les actus Dr Goodnews Podcasts Mal de dos : comment choisir sans se tromper son ostéo

Mal de dos : comment choisir sans se tromper son ostéo

Mal de dos : comment choisir sans se tromper son ostéo

Lombalgie, sciatique, comment soulager son mal de dos et trouver le bon professionnel. Cette question concerne chacun d’entre nous.  Ou presque. Entre le médecin, le kiné ou l’ostéopathe, un spécialiste nous donne la marche à suivre.

« C’est qui ton ostéo à toi ? Tu en es contente ? C’est quoi son diplôme ? ».  Vous êtes nombreux à rechercher la perle rare : le professionnel – ostéopathe ou kinésithérapeute – qui vous fera oublier vos douleurs dorsales. Soit « il est  génial », soit « il ne m’a rien fait » ou pire « il m’a fait mal ». 
Il est vrai que 13 millions de Français consultent chaque année un « ostéo » et six fois sur dix, c’est parce qu’ils souffrent du mal du siècle (lumbago, sciatique, etc).
Vous êtes prêts ? Trouver le bon professionnel demande une enquête minutieuse. Cette technique de manipulation manuelle peut être pratiquée par des médecins, des kinésithérapeutes et… des ostéopathes qui ne peuvent pas prétendre au statut de professionnel de santé. 
Leur formation diverge, leurs techniques aussi et seuls les actes des médecins et des kinés peuvent être remboursés par la sécurité sociale.

J’y gagne quoi ?

Je suis rassuré (e)
Neuf fois sur dix, le lumbago n’est plus qu’un mauvais souvenir au bout de quelques jours. Pour autant, consulter un médecin ostéopathe sans trop tarder est recommandé pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une lombalgie commune, et que la douleur n’est pas due à une infection, une maladie inflammatoire, une tumeur ou encore à un problème neurologique. Le rôle essentiel du professionnel est de rassurer son patient, pour que de la détresse psychologique ne s’ajoute pas à la douleur.

Je préviens la récidive
Les personnes qui souffrent du rachis redoutent tout mouvement. Un déconditionnement à l’effort s’installe et la moindre reprise d’activité fait mal. Ce cercle vicieux engendre une fonte musculaire qui favorise les récidives. Le retour à  l’activité physique doit être progressif pour éviter d’en faire une phobie. Des séances de kinésithérapie ou d’ostéopathie vous aideront à passer ce cap et vous réaliserez que votre dos est bien plus solide que vous ne l’imaginiez.

Remettre les idées en place
« Il faut que je me repose », « Je n’ai plus qu’à me mettre à la natation », « tout vient de ma mauvaise posture »… Ces idées reçues ont la vie dure. Un bon spécialiste du dos vous remettra le dos mais aussi les idées en place. Même si les origines du mal sont mal identifiées, nous savons que le déséquilibre musculaire et la posture sont loin d’être à l’origine de toutes les douleurs. Et que « le bon traitement, c’est le mouvement », comme le martèle l’Assurance maladie.
Mais, fin 2018, près de la moitié des Français pensaient encore que le repos était le meilleur traitement. Votre kiné ou votre ostéo pourra aussi rassurer : les lombalgiques ne sont pas obligés de pratiquer la natation. Aucun sport n’est à bannir. C’est avant tout le plaisir qui compte.