Les actus Dr Goodnews Bien-être Médecine esthétique : les conseils pour ne pas se tromper

Médecine esthétique : les conseils pour ne pas se tromper

Médecine esthétique : les conseils pour ne pas se tromper

De plus en plus de Français ont recours à la médecine esthétique et le coronavirus y est pour quelques chose ! En ce moment nous avons plus tendance à faire attention à notre apparence et à remarquer tous nos petits défauts : notamment lors des visios-conférences. Durabilité, techniques, coût, effets : l’équipe Dr.Good! vous répond.

Adobe Stock

La période est morose et vous cherchez à vous remonter le moral ? Pourquoi ne pas se « refaire une beauté ». La hausse de 20 % des actes de médecine et de chirurgie esthétique constaté par le Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique montre que la tendance s’est installée. Des chercheurs américains lui ont trouvé un nom : Zoom Dysmorphia  ou Zoom Face Envy ».
Comprenez que les réunions vidéo en distanciel ont mis un coup de projecteur sur nos petits défauts. Et ce sont les actes de médecine esthétique qui ont le plus le vent en poupe. Selon une étude réalisée par l’Ifop en 2016, un tiers des Françaises ont eu recours ou envisageaient de recourir à la médecine esthétique.
Moins invasifs que ceux de chirurgie, ne nécessitant pas d’anesthésie lourde, ces actes ne sont pas pour autant anodins. Revue de détail.

Quels petits « défauts » peut-on modifier grâce à la médecine esthétique ?

Les deux techniques les plus connues sont les injections de botox et d’acide hyaluronique pour lisser les rides et redonner du volume au visage.
Pour régénérer l’épiderme, resserrer les pores et rendre le teint plus lumineux, les médecins esthétiques ont aussi recours au peeling. Un produit exfoliant est appliqué sur la peau pour la faire peler et éliminer les couches superficielles. Des lasers abrasifs peuvent aussi être utilisés.
Quant aux lumières pulsées, elles font disparaître les taches et peuvent gommer certaines cicatrices.
Mais attention, chacune de ces techniques se décline en plusieurs sous-techniques : les produits injectés peuvent être résorbables ou semi-résorbables, l’acide hyaluronique peut être plus ou moins dense et plastique. Autant dire qu’il faut bien faire appel à un médecin spécialisé dans ces techniques.

Les effets de la médecine esthétique sont-ils durables ?

Tout dépend de la technique utilisée. Les injections à base de produits semi-résorbables peuvent tenir un an voire deux, contre seulement 6 mois à un an pour ceux à base de produits résorbables.
Par ailleurs, le remodelage du volume dure souvent plus longtemps que le comblement de rides.
Quant aux peelings, seuls ceux qui sont profonds laissent des résultats permanents. En revanche, une peeling moyen qui nécessite plusieurs séances n’aura qu’un effet temporaire mais les produits chimiques ou le laser ne permettent pas de renouveler l’acte une à deux fois par an.

La médecine esthétique est moins invasive mais est-elle sans risque ?

Aucun acte médical n’est sans risque. Cette semaine, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a, par exemple, lancé une alerte sur les produits injectables utilisés en esthétique qui sont falsifiés.
Leur mauvaise qualité pourrait être à l’origine d’effets indésirables. « Des substances dangereuses ou non stériles peuvent être présentes, exposant ainsi la personne qui reçoit ces produits à un risque de complications (infections, allergies, brûlures,…) », souligne l’ANSM. Cependant, les effets indésirables sévères du botox et de l’acide hyaluronique s’élèvent à entre 0,1 et 1%.

Quelles précautions prendre avant de recourir à la médecine esthétique ?

Il faut tout d’abord bien choisir son praticien. C’est d’autant plus important que la médecine esthétique n’est pas une spécialité reconnue par le Conseil de l’Ordre des médecins.
Pour trouver un professionnel qui a malgré tout suivi une formation aux techniques esthétiques, et qui a au moins deux ans d’expérience, vous pouvez consulter le site de l’Association française de médecine esthétique et anti-âge (www.afme.org).
Et surtout ne vous laissez pas séduire par des vidéos sur les réseaux sociaux qui montrent comment faire des injections soi-même ! C’est évidemment dangereux.

Comment vérifier que les tarifs pratiqués sont corrects ?

L’Association de médecine esthétique donne des fourchettes de prix pour chaque acte. Une injection d’acide hyaluronique coûte par exemple entre 250 et 400 euros. Mais les prix varient évidemment en fonction de l’intensité des soins et de la région où exerce le praticien.
Pour un peeling, cela dépend de la zone à traiter, de la profondeur et du produit utilisé. Du coup, la séance peut aller de 80 à 500 euros !
Le praticien doit vous fournir un devis avec son numéro d’immatriculation à l’Ordre et les références des produits injectés.
Soyez vigilants ! Une enquête de la Direction de la concurrence et la consommation (DGCCRF) de 2019 a révélé un taux élevé d’anomalies important (78 %) en matière d’informations précontractuelles (affichage des prix et formalisme des devis).