Les actus Dr Goodnews Activité physique Activité physique : les vertus sur le bien-être et la santé mentale

Activité physique : les vertus sur le bien-être et la santé mentale

Activité physique : les vertus sur le bien-être et la santé mentale

L’activité physique peut avoir des effets bénéfiques sur notre santé mentale et notre bien-être. Dr.Good! vous explique tout : de l’effet sur les dépressions légères à modérées, au type d’activité physique à privilégier et au nombre de sessions à réaliser !

Pexels

Outre ses bienfaits pour l’organisme, le sport a un effet antidépresseur à partir de 3 sessions par semaine de 45 minutes d’intensité modérée.

Plaisir et régularité

L’activité physique a montré son efficacité dans le traitement des dépressions légères à modérées. Ce n’est pas un type de sport en particulier qui aurait des vertus antidépressives, il faut simplement privilégier une activité plaisante. Pas besoin de se mettre au taekwondo si on est plus porté sur la natation synchronisée !
En revanche, c’est la régularité qui va payer : l’effet antidépresseur du sport survient à partir de 3 sessions par semaine de 45 minutes d’intensité modérée, pendant au moins 2 mois !
Parmi les facteurs qui aident à rester motivé : les activités en groupe qui créent des liens sociaux, et l’encadrement (cours, club…) qui assure une régularité !

Sport sur ordonnance

En 2016, un décret a concrétisé l’attente de nombreux professionnels de santé et de patients : faire en sorte que l’activité physique soit considérée comme un véritable médicament. Le texte prévoit que « dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’une affection de longue durée, le médecin traitant peut prescrire une activité physique adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient ».
Le sport sur ordonnance est né. Il reste à le faire grandir avec une prise en charge par l’Assurance maladie. Aujourd’hui, quelques mutuelles le proposent dans les offres de remboursement.

En complément

Qu’on ne s’y trompe pas : une personne atteinte de dépression sévère, qui n’a par exemple plus la force d’aller au travail, n’arrivera pas à s’astreindre à un tel programme sportif. Au contraire, se confronter à un échec peut renforcer la culpabilité, souvent intense dans ce type de dépression.
C’est pour cela que l’activité physique ne remplace pas, mais se rajoute aux autres types de traitement. Souvent c’est d’ailleurs un complément, comme dans le cadre d’un programme de prévention de la rechute.

Allez mets tes baskets

Pour les personnes qui ne sont pas déprimées, l’activité physique a également des bénéfices. En effet, elle va stimuler la production de dopamine et de sérotonine, tout en diminuant celle du cortisol (l’hormone du stress).
Elle va aussi améliorer le sommeil, clé de voûte d’une bonne santé psychique et physique. Alors pour cette rentrée, plus question de rester sur le canapé !