Non classé Vacances : quatre conseils pour vraiment décrocher

Vacances : quatre conseils pour vraiment décrocher

Vacances : quatre conseils pour vraiment décrocher

Dans quelques semaines, vous pourrez larguer les amarres. Dr Good vous donne un coup de main. Pas d’injonction mais des petits conseils pour que le tube « Vacances j’oublie tout » devienne votre mantra.

Le dépaysement : réveiller les papilles

Les vacances sont à portée de main. Tout est prêt : vous savez où vous allez, avec qui et le programme est à peu près calé. D’ici là, il vous reste un petit marathon professionnel à effectuer avant de décrocher.
Changer d’air ne veut pas forcément dire partir à l’autre bout du monde. Mais découvrir de nouveaux lieux, se confronter à une forme d’inconnu, aide à rompre avec la routine.
Même la préparation du voyage facilite le décrochage. Pensez-y… car il faut au moins huit jours de repos pour que les hormones du stress (adrénaline, ocytocne, cortisol…) reviennent à la normale.
Reproduire à l’identique les mêmes activités chaque année a tendance à diminuer votre capital de souvenirs pourtant bénéfique à votre retour.
La sensation de dépaysement peut se nicher dans les détails. Au marché que vous adorez fréquenter, pourquoi ne pas goûter de nouveaux produits locaux. Le réveil des papilles contribue par exemple à sortir du train-train.

Les retrouvailles : digital detox

Les vacances d’été sont souvent le moment de l’année où la famille se retrouve. Certains sont comme des poissons dans l’eau quand d’autres redoutent le séjour chez les parents. Normal, car chacun retrouve sa place et les conflits de l’enfance risquent de se rejouer.
N’hésitez pas à remettre vos parents à leur place pour conserver votre statut d’adulte. Ensuite, pour que les vacances en mode famille et bande d’amis ne tournent pas au vinaigre, se mettre à l’écoute des envies de chacun devrait permettre de trouver un terrain commun. Plus facile à dire qu’à faire ? Et si vous lâchiez votre téléphone pour être plus disponible pour l’autre… Plutôt que le sevrage strict, optez pour la concurrence d’activités. Un Koh-lanta entre copains devrait vous aider à entamer votre « digital detox » !

Le farniente alterné

« Fare » « niente » signifie tout simplement ne rien faire en italien. Aucune culpabilité à buller pendant les vacances. D’autant qu’il y a 20 ans, des chercheurs ont découvert grâce à l’IRM fonctionnel qu’à l’état de repos, c’est le réseau par défaut qui s’active. Il consomme autant d’énergie qu’en plein travail et il joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de la mémoire, des émotions et de l’introspection.
Reste à trouver la bonne dose de repos pour en profiter au maximum. En effet, si vous optez pour un farniente permanent, préoccupations et ruminations pourraient s’immiscer. Notre cerveau a besoin d’alterner ces différentes phases. Le hamac comme le sport sont à consommer avec modération.

Les loisirs : compenser les manques

Certains rêvent d’exploit physique, d’autres de nourriture intellectuelle, et d’autres encore des deux à la fois. C’est normal, car en vacances, votre corps, votre mental, ainsi que votre sensibilité ont des besoins. Reste à savoir où sont vos principaux manques.
Ceux qui souffrent de la monotonie dans leur vie quotidienne ont intérêt à chercher des sensations fortes tandis que ceux qui subissent du stress devraient se tourner vers des activités paisibles. Et n’oubliez pas que l’époque est à la sur-sollicitation. Avoir des plages de temps où l’esprit n’est pas sollicité en permanence peut être une nécessité. Le succès des semaines de retraite où on fait l’expérience de la solitude n’est pas un hasard