Non classé Coronavirus Semi-liberté

Semi-liberté

Semi-liberté

Sortir sans attestation, reprendre le chemin de l’école, retrouver ses collègues du travail, pour la plupart d’entre nous, les portes du déconfinement se sont entrouvertes.

Crédit photo : Adobe stock

Sortir sans attestation, reprendre le chemin de l’école avec les copains, retrouver ses collègues du travail, pour la plupart d’entre nous, et à des degrés divers, les portes du déconfinement se sont entrouvertes cette semaine. Ce lundi flottait dans l’air un parfum de retour à la vie mais aussi un virus qui freine encore nos élans frénétiques. Il prive encore les plus fragiles et les malades chroniques des joies simples du quotidien.

Cette « semi-liberté », nous la devons à notre discipline des 55 jours mais également à la mobilisation exemplaire des personnels soignants qui ont tenu le cap au plus fort de la tempête. A cette reconnaissance, il faut y associer tous ces anonymes qui, derrière leur caisse, au volant de leur poids lourd ou dans les usines nous ont permis de traverser cette épreuve en restant à l’abri. Pour beaucoup, ils appartiennent aux classes dites moyennes et populaires. Sans doute celles qui ont payé le plus lourd tribut à cette épidémie.

A mesure que le couvercle du déconfinement sera levé, nous découvrirons alors que la France sanitaire rouge et verte masque la France sociale des inégalités.