Non classé Pesticides – Tabac – Déserts médicaux – Bonheur

Pesticides – Tabac – Déserts médicaux – Bonheur

Pesticides – Tabac – Déserts médicaux – Bonheur

Les riverains trop exposés aux pesticides
Le Conseil d’Etat ne suspendra pas l’arrêté pesticides comme le réclamait un collectif. Le texte en question prévoit des distances de sécurité pour l’épandage de pesticides à proximité des zones habitées : 20m pour les pesticides les plus dangereux, 10m pour les cultures hautes, 5m pour les autres. Des distances largement insuffisantes pour protéger les riverains, selon les associations. Plusieurs maires ont adopté des arrêtés municipaux établissant ces distances à 100, voire 150m – mais ces textes ont toujours été annulés par la justice.

Le paquet de cigarettes flambe
Le prix du tabac poursuit sa hausse : au 1er mars, il sera vendu en moyenne 50 centimes plus cher. Le très symbolique paquet de Marlboro passera ainsi à 10 € – un seuil psychologique appelé de longue date par les associations anti-tabac. En novembre, une nouvelle hausse de 40 centimes est à prévoir : alors, toutes les marques atteindront la barre des 10 €. Augmenter le prix du tabac, ça marche : les études montrent qu’une hausse de 10 % se traduit par une baisse de la consommation de 4 %.

3,8 millions
C’est le nombre de personnes qui vivaient dans un désert médical en 2018, soit 1,3 million de plus qu’en 2015. Les nombreux départs de médecins à la retraite, non compensés par les installations, expliquent cette augmentation. Les régions les plus touchées : la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, l’Île-de-France et le Centre-Val-de-Loire. D’autres données montrent que partout, il est de plus en plus difficile de trouver un médecin de garde : en 2019, moins de 4 généralistes sur 10 se sont portés volontaires pour assurer des permanences la nuit et le week-end.

Vivons heureux pour rester jeune
L’optimisme, une arme contre Alzheimer ? Selon une étude de l’université du Michigan, avoir un conjoint qui pense de manière positive permet de retarder l’apparition de la maladie. Vivre avec une personne optimiste, active et heureuse, permettrait d’avoir une meilleure hygiène de vie – mieux manger, faire du sport… – ce qui réduit les risques de démence et ralentit le déclin cognitif.