Les actus Dr Goodnews Activité physique Sport, nutrition, sommeil : les clés pour prendre soin de soi

Sport, nutrition, sommeil : les clés pour prendre soin de soi

Sport, nutrition, sommeil : les clés pour prendre soin de soi

Sport, nutrition, alcool, sommeil : le Dr Alain Ducardonnet, cardiologue-médecin du sport, nous partage quelques conseils afin de garder la forme et de prévenir certaines maladies, dont le cancer. Se fixer des objectifs personnalisés, s’aider d’une application numérique ou se créer un programme détaillé, peuvent être, par exemple, des solutions.

Pexels – Andrea Piacquadio

Bien manger, ne pas boire, faire du sport, ne pas fumer… On pourrait tous la réciter par cœur : il s’agit de la recette anti-cancer. Mais on a beau savoir tout ça, les chiffres demeurent les mêmes. Un cancer sur quatre pourrait être évité en modifiant nos modes de vie, a rappelé la semaine passée l’Institut du cancer.
En adoptant quelques gestes préventifs, l’incidence de cette maladie, première cause de mortalité chez l’homme et deuxième chez la femme, pourrait être réduite drastiquement.
Mais comment intégrer ces gestes dans notre vie quotidienne ? Comment  prendre soin de soi-même au jour le jour ?
Le Dr Alain Ducardonnet, cardiologue-médecin du sport, auteur de l’ouvrage Prenez rendez-vous…avec vous même (éd du Cherche-Midi) , donne quelques clés.

Tabac, alcool, alimentation, stress… faut-il tout changer ?

Dr Alain Ducardonnet. C’est sûr qu’il y a tellement de choses à faire, que ça semble être une montagne. En fait, il ne faut pas chercher à changer tout son mode de vie d’un coup.
En consultation, je demande à mes patients de mener une enquête auprès d’eux-mêmes pour savoir où ils en sont, de quoi ils ont vraiment envie, comment ils se voient dans 10 ans… Il s’agit de trouver l’endroit par lequel ouvrir les portes, de manière progressive. On travaille colline par colline…
Parce que si l’on fixe des objectifs trop ambitieux, il n’y aura pas suffisamment d’adhésion et au bout d’un mois, les bonnes résolutions s’effaceront.

Par quoi peut-on commencer ?

Dr Alain Ducardonnet. On cible d’abord un champ, l’alimentation, par exemple avec de petits objectifs réalisables : du fromage ok, mais deux fois par semaine ; du chocolat d’accord, mais une tablette par semaine…. Puis, plus tard, on fait un bilan et on trouve de nouveaux objectifs.
Grâce à cet accompagnement, on peut percevoir les hauts et les bas, ce qui fait que ça fonctionne ou pas… et agir sur ces leviers.

Qu’est-ce qui fait qu’on réussit à adopter durablement ces gestes ?

Dr Alain Ducardonnet. Là encore, on s’appuie sur les éléments individuels, sur l’histoire et le profil des patients. Par exemple, certains atteignent leurs objectifs en s’appuyant sur les communautés (de joggeurs, ou d’anciens fumeurs…). Quand une autre personne raconte comment ça a marché pour elle, ça aide. Mais d’autres n’y sont pas sensibles.
On peut utiliser les outils numériques aussi. Pour lutter contre le stress par exemple, je recommande à mes patients une application de cohérence cardiaque ; l’adhésion est très forte !
Un autre levier, c’est la grande peur : un collègue ou un proche qui a fait un infarctus. Ou encore la famille : chez une personne d’une quarantaine d’années, l’envie de voir ses enfants grandir peut être un élément sur lequel s’appuyer.

Il y a donc autant de solutions que d’individus ?

Dr Alain Ducardonnet. En tout cas, ce qui marche, ce sont clairement les conseils personnalisés. Il n’existe pas de règle générale qui fonctionnerait pour tous, car nous sommes trop différents et les objectifs varient beaucoup d’une personne à l’autre.
Il faut s’interroger sur qui on est : plutôt du genre « je profite et je m’en fous » (ce qui est respectable en soit) ? Ou plutôt « famille-famille » ? Quelles sont vos valeurs ? Quelles solutions votre moi profond est-il en mesure d’accepter ? C’est cet état des lieux qui permet de déterminer les solutions adaptées. L’idée, c’est d’être en accord avec soi-même et avec les valeurs que l’on porte. On ne va pas exiger d’un épicurien qu’il mène une vie d’ascète… C’est tout l’enjeu de la prévention et il faut former les médecins à cette approche individuelle.

De plus en plus de médecins sont formés aux stratégies préventives. N’hésitez pas à les consulter pour discuter avec eux des solutions adaptées à votre quotidien !