Les actus Dr Goodnews Bien-être Psy : devrait-on tous aller « En Thérapie » ?

Psy : devrait-on tous aller « En Thérapie » ?

Psy : devrait-on tous aller « En Thérapie » ?

La série télévisée En Thérapie, créée par Éric Toledona et Olivier Nakache et diffusée sur ARTE ces dernières semaines, nous a prouvé que chacun d’entre nous pouvait avoir besoin de consulter et de se confier, particulièrement en cette période de pandémie, où la solitude et l’anxiété peuvent fortement frapper les individus. Le psychiatre Jean-Victor Blanc nous conseille.

Par le psychiatre Jean-Victor Blanc.

Pexels – Cottonbro

Et si je consultais un psy pour alléger mon quotidien ? Beaucoup se posent la question sans passer à l’acte. Mais la série événement diffusée sur Arte conjuguée à une période éprouvante réveille cette interrogation.

Un révélateur

En Thérapie , série diffusée sur Arte, est une adaptation  par le duo Éric Toledano et Olivier Nakache du succès israélien BeTipul. On y suit 35 séances de psychothérapies de cinq patients, menées par le psychanalyste Philippe Dayan (Frédéric Pierrot).
Un policier traumatisé par une intervention au Bataclan lors des attentats de novembre 2015, un couple qui s’écharpe sur un projet d’enfant, une ado pleine de mal être…
Au fil des séances, très bien écrites et interprétées , on comprend que le motif de consultation initial n’est qu’un prétexte. Pour tous, Dr Dayan compris, la situation de crise liée aux attentats ne fait que révéler une souffrance plus profonde.
Derrière l’écran, dans l’éprouvant contexte pandémique que nous vivons tous, beaucoup s’interrogent également : quand faut-il consulter ?

Des signes d’alerte

Il n’est pas toujours évident de distinguer une contrariété du quotidien, une émotion négative normale d’une souffrance relevant d’un trouble psychique. Plusieurs signes d’alerte indiquent la nécessité d’une prise en charge spécialisée.
Avant tout, la durée. Une des choses qui va différencier une petite déprime de la maladie dépressive, c’est par exemple le fait que la tristesse pathologique dure toute la journée pendant au moins quinze jours. C’est donc beaucoup plus qu’un petit coup de blues qui va s’améliorer avec un bon film ou un chocolat chaud.
Un autre marqueur est ce que nous psychiatre appelons une « rupture du fonctionnement ». C’est-à-dire que la personne n’arrive plus à faire ce qu’elle faisait avant, que ce soit son travail, ses loisirs ou éprouver du plaisir dans des joies simples comme dévorer une série !

Que faire en urgence ?

Plus rare – mais plus grave- parfois un désespoir profond commence à s’insinuer dans l’esprit de la personne que la mort pourrait être une solution. C’est alors carrément une situation d’urgence médicale.
Il faut consulter au plus vite un professionnel de santé, son médecin traitant, ou le service d’urgence le plus proche. C’est méconnu, mais il y a là systématiquement des médecins psychiatres d’astreinte qui peuvent évaluer la situation et porter les premiers soins. Ils pourront alors adresser le patient pour un suivi dans un centre de consultation publique ou proposer une hospitalisation si nécessaire.
c’est indiqué, ils peuvent aussi adresser la personne à un psy aussi charmant que le Dr Dayan !

Pour aller plus loin : le podcast « Voir un psy », d’Emilie Paul – de Bueil décrypte qui et quand voir un psy, à découvrir sur la plateforme Majelan.