Les actus Dr Goodnews Activité physique Pilates : avoir un corps plus souple et plus fort

Pilates : avoir un corps plus souple et plus fort

Pilates : avoir un corps plus souple et plus fort

Joseph Pilates créa durant la Première Guerre Mondiale, ce qu’on nous appelons, aujourd’hui, le Pilates et ce que lui appelait « la contrology ». Basé sur six piliers, Julie, coach sportive et journaliste nous explique comment le Pilates se pratique et ses bienfaits sur le corps.

Unsplash

Mise au point au début du 20ème siècle, cette gym douce aux nombreux bienfaits séduit de plus en plus d’adeptes. Décryptage.

Naissance d’une méthode

Joseph Pilates naît en 1883 en Allemagne. C’est un enfant à la santé fragile : il souffre d’asthme, de rhumatismes et d’une malformation au thorax. Cependant, il se passionne pour le mouvement au point d’étudier en détail ceux des animaux mais aussi des athlètes de la Grèce antique.
À l’adolescence, il se met au yoga, à la gym et aux arts martiaux puis s’installe en Angleterre. Mais la première guerre mondiale éclate, et il est incarcéré avec ses compatriotes sur l’île de Man. C’est là qu’il conçoit les prémices de la « contrology », le premier nom qu’il donne au Pilates.
Le principe ? Un entraînement qui se focalise sur le centre du corps, la respiration et la pleine conscience.

Les six piliers

Si la méthode est aussi efficace, c’est parce qu’elle se base sur plusieurs grands principes. Parmi eux, le centrage, c’est-à-dire le travail des abdominaux profonds et du plancher pelvien, le contrôle de chaque mouvement, la respiration, la précision, la concentration et la fluidité.
Quant aux référentiels, ils permettent d’adopter une meilleure posture pour chaque exercice mais aussi au quotidien : nuque allongée, épaules basses, respiration latérale thoracique, engagement des muscles abdominaux et pelviens et bassin neutre.

Accessible à tous

La séance se pratique principalement au sol (Pilates Mat) ou sur des machines qui ressemblent à un lit superposé sur lequel Joseph Pilates s’entraînait en prison (Pilates Reformer).
On peut s’y mettre à tout âge et quel que soit son niveau sportif, puisque tous les exercices se déclinent sous plusieurs options.
Le bon rythme pour pratiquer ? À raison de 2 séances hebdomadaires, on se sent à l’aise et on observe des résultats sur la silhouette au bout de 4 à 8 semaines.
L’essentiel est d’être patient, puisque comme Pilates disait : « Au bout de 10 séances, on sent la différence, au bout de 20, on voit la différence, au bout de 30, on a un corps tout neuf ».

À la clé, un corps plus souple, plus fort, des abdominaux toniques et de bons placements donc moins de douleurs dorsales. Le point fort ? La pratique est sans impact pour les articulations.