Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
.

Une jonquille pour Curie... et contre le cancer

En ce mois de mars, on va peut-être chercher à vous vendre des jonquilles, que ce soit dans la rue ou à l'école. N'hésitez pas à en acheter, c'est pour une bonne cause, le soutien à la recherche contre le cancer.

Cette initiative baptisée « Une jonquille pour Curie », soutenue par des personnalités telles que le footballeur Blaise Matuidi ou l'acteur Johnny Depp, a lancé sa 15ème campagne solidaire le 12 mars et ce jusqu'à la fin du mois. Les 525 000 euros récoltés l'an dernier ont par exemple permis d'ouvrir un centre de recherche dédié aux cancers des jeunes de moins de 25 ans.

Cette année, l'Institut Curie espère atteindre les 600 000 euros de dons. Rappelons que chaque jour en France, plus de 1000 personnes sont dépistées d'un cancer et que la maladie a tué l'an dernier plus de 155 000 personnes. De nombreuses manifestations sont prévues dans toute la France (la carte des événements).

A lire également

Nos amis à quatre pattes, mais aussi les oiseaux, ont bien des vertus quand il s'agit de traiter notre santé physique ou mentale.
On le sait, la consommation de boissons sucrées (avec sucres ajoutés), de jus à base de fruit, de boissons énergétiques et énergisantes et bien sûr les sodas peut avoir un impact sur notre santé : prise de poids, risque de diabète de type 2, hypertension artérielle, infarctus... La liste...
Alors que la Haute Autorité de Santé saisie par le ministère de la santé pour "évaluer le bien-fondé du remboursement des médicaments homéopathiques" doit rendre un avis en juin prochain, les Académies nationales de médecine et de pharmacie dénoncent leur inefficacité.
La gestion de l'affaire des 59 cas révélés de lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) dus à des prothèses mammaires s'accélère.