Rechercher
en ce moment

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
home

Tatouage : la bouteille à l'encre

Tout l'été vous en avez vu des grands, des gros, des noirs, des colorés, des beaux, des laids... Et maintenant vous en êtes sûr, vous voulez votre tatouage.

Comme 15% des Français et 12% des Européens ayant déjà succombé à la petite aiguille qui laissera une marque indélébile, ou presque, sur le corps. Et si je vous demandais d'y réfléchir encore une fois ?

Si la dangerosité du tatouage - réalisé dans des conditions d'hygiène optimales - n'est pas prouvée, cet été L'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a toutefois alerté sur la composition de l'encre utilisée, encore aujourd'hui très peu documentée. Tout juste sait-on que de très nombreux pigments industriels utilisés pour vous graver la peau n'ont pas été conçus à l'origine pour un usage humain.

Par mesure de prévention, et en attendant les résultats d'une vaste analyse lancée par la Commission Européenne sur la toxicité présumée de plus de 4 000 substances, l'ECHA a donc mis en garde sur la présence de "substances dangereuses qui provoquent ou sont soupçonnées de provoquer cancer, mutations génétiques, effets toxiques sur la reproduction, allergies ou autres effets préjudiciables chez les êtres humains et les animaux". Mais les résultats de l'enquête européenne ne seront pas connus avant la fin de l'année, au mieux.

Pas le temps de patienter des mois ? Alors, par mesure de précaution, évitez au moins les salons non identifiés et non déclarés à l'ANRS (Agence régionale de santé). Ils pourraient se procurer de l'encre de mauvaise qualité, à bas prix et ne bénéficiant d'aucune traçabilité. Ensuite, allez voir votre tatoueur et discutez avec. Le bon tatoueur devra entre autres :

- Posséder un local à l'hygiène irréprochable (interdit aux animaux, ne pas y manger, ne pas fumer, etc.)

- Utiliser du matériel à usage unique : aiguilles, cartouches d'encre, éponges, serviettes et gants

- Avoir à portée de main un outillage stérilisé et un appareil stérilisateur

- Désinfecter la peau avant le tatouage puis appliquer des pansements stériles après chaque séance.

La qualité de conseil sur l'entretien de votre tatouage est également à prendre en compte. Sans ces critères basiques, changez d'endroit.

A lire également

Disponible chez les marchands de journaux depuis le mercredi 12 décembre, "Dr Good - C'est bon" est mon nouveau magazine trimestriel sur le thème de la nutrition et de la santé.
Nous vous en avions parlé ici en novembre. La consultation lancée par le ministère de la Santé auprès des Français sur le thème « Comment aider nos seniors » est désormais close depuis le 5 décembre.
C'est la hantise des parents : la bronchiolite est de retour ! Partout en France ou presque puisque qu'au 6 décembre seule la Corse n'était pas encore touchée.
La troisième opération #MoisSansTabac, lancée en octobre 2018 a fait un... tabac, avec une progression de 54% de participants par rapport à l'édition 2017.