Rechercher
en ce moment

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
cabine bronzage

Stop aux cabines de bronzage ?

C'est une polémique qui revient régulièrement. Les cabines de bronzage sont sur la sellette car les UV artificiels n'apportent aucun bénéfice pour la peau. Bien au contraire.

Passage à l'heure d'hiver, moins de lumière... Autant dire que notre peau - et notre moral - vont bientôt avoir besoin d'être bichonnés. Alors, serez-vous peut-être tentés d'aller faire un tour dans une cabine de bronzage pour reprendre quelques couleurs. « Il n'y a pas de mal à se faire du bien » dit le dicton. Eh bien si il y en a, dans ce cas précis en tout cas. Car se mettre sous des UV artificiels vous fait courir un risque « avéré » de cancers de la peau. Le message n'est pas nouveau, rabâché depuis 2005 par les dermatologues ou l'Académie de Médecine. L'Anses, l'agence nationale de santé, est revenue à la charge ces jours-ci en demandant ni plus ni moins que la fermeture définitive des cabines de bronzage. Avec à l'appui des arguments irréfutables. « Les personnes ayant eu recours au moins une fois aux cabines de bronzage avant l'âge de 35 ans augmentent de 59 % le risque de développer un mélanome cutané. En France, il a été estimé que 43 % des mélanomes chez les jeunes pouvaient être attribués à une utilisation de ces cabines avant l'âge de 30 ans ». Non,  les UV artificiels ne préparent pas la peau au bronzage et ne protègent pas des coups de soleil. Non, ils ne permettent pas un apport significatif de vitamine D. Et, en plus, ils accélèrent le vieillissement de la peau, quatre fois plus vite qu'avec le soleil, selon les experts. Un signal d'alarme que le gouvernement aurait tout intérêt à enfin prendre en compte.

A lire également

Depuis plus de 20 ans que j'ai le plaisir et la responsabilité de vous prodiguer de bons conseils dans les médias, à l'heure des traditionnels vœux de début d'année, mon discours n'a pas changé : prenez soin de vous et faites attention à votre santé.
Et si on profitait de 2019 pour faire chuter de 40% les cancers en France ? C'est en tout le vœu de l'Institut National du Cancer (INCa).
On le sait, de nombreuses études ont déjà démontré les bienfaits de la présence d'un animal pour diminuer le stress ou l'hypertension, pour ne citer qu'elles.
L'hiver est bel et bien arrivé. Et les virus qui l'accompagnent aussi : la grippe qui touche chaque année entre 2 à 6 millions de personnes ou encore la bronchiolite qui concerne 30% des enfants de moins de deux ans par an.