Rechercher
en ce moment

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
home

Pas d'écran avant 3 ans...

On ne le répétera jamais assez, trop d'écrans, trop tôt, nuit à la santé de nos enfants. C'est ce que rappelle le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) depuis dix ans... 

Chers parents, ne le nions pas, nous avons tous été tentés un jour ou l'autre de laisser notre jeune enfant devant la télé ou l'ordinateur, ou encore tablette ou smartphone en mains, pour diverses raisons, la première étant de souffler un peu ou prendre du temps pour soi. Un enfant sur deux commence à regarder la télévision avant 18 mois ! Ce n'est pourtant pas faute de savoir que cette exposition aux écrans pour l'enfant de moins de 3 ans peut risquer de nuire à son développement et à sa santé. C'est d'ailleurs le message que fait passer inlassablement le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) depuis dix ans : « pas d'écrans avant 3 ans ». Un principe d'autant plus d'actualité à l'heure de la multiplication des écrans (5 par foyer en moyenne) et des chaînes thématiques consacrées à toutes les tranches d'âge dès bébé. Et les dangers sont bien réels : troubles du sommeil et de la vision, retards dans l'acquisition du langage, sur le développement du cerveau, déficit de concentration et d'attention, agitation, et, bien sûr, explosion de l'obésité liée à la sédentarité et aux mauvaises habitudes alimentaires qu'elle entraîne.

A lire également

Depuis plus de 20 ans que j'ai le plaisir et la responsabilité de vous prodiguer de bons conseils dans les médias, à l'heure des traditionnels vœux de début d'année, mon discours n'a pas changé : prenez soin de vous et faites attention à votre santé.
Et si on profitait de 2019 pour faire chuter de 40% les cancers en France ? C'est en tout le vœu de l'Institut National du Cancer (INCa).
On le sait, de nombreuses études ont déjà démontré les bienfaits de la présence d'un animal pour diminuer le stress ou l'hypertension, pour ne citer qu'elles.
L'hiver est bel et bien arrivé. Et les virus qui l'accompagnent aussi : la grippe qui touche chaque année entre 2 à 6 millions de personnes ou encore la bronchiolite qui concerne 30% des enfants de moins de deux ans par an.