Rechercher
en ce moment

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
home

Pas d'écran avant 3 ans...

On ne le répétera jamais assez, trop d'écrans, trop tôt, nuit à la santé de nos enfants. C'est ce que rappelle le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) depuis dix ans... 

Chers parents, ne le nions pas, nous avons tous été tentés un jour ou l'autre de laisser notre jeune enfant devant la télé ou l'ordinateur, ou encore tablette ou smartphone en mains, pour diverses raisons, la première étant de souffler un peu ou prendre du temps pour soi. Un enfant sur deux commence à regarder la télévision avant 18 mois ! Ce n'est pourtant pas faute de savoir que cette exposition aux écrans pour l'enfant de moins de 3 ans peut risquer de nuire à son développement et à sa santé. C'est d'ailleurs le message que fait passer inlassablement le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) depuis dix ans : « pas d'écrans avant 3 ans ». Un principe d'autant plus d'actualité à l'heure de la multiplication des écrans (5 par foyer en moyenne) et des chaînes thématiques consacrées à toutes les tranches d'âge dès bébé. Et les dangers sont bien réels : troubles du sommeil et de la vision, retards dans l'acquisition du langage, sur le développement du cerveau, déficit de concentration et d'attention, agitation, et, bien sûr, explosion de l'obésité liée à la sédentarité et aux mauvaises habitudes alimentaires qu'elle entraîne.

A lire également

L'hiver approche à grands pas. Avec son lot de microbes, d'infections diverses et de perte d'énergie. Alors comme on le voit venir, autant commencer à se protéger un peu. En débutant par exemple une cure - naturelle bien sûr - de vitamine C.
Voilà 14 ans qu'on avait lancé l'idée du dossier médical partagé. Aujourd'hui enfin, il est généralisé à tous les Français !
Faute de données encore suffisantes, aucune étude scientifique ne prouve aujourd'hui catégoriquement la nocivité de la cigarette électronique. En attendant, l'AP-HP a décidé d'en évaluer au moins l'efficacité dans l'aide au sevrage tabagique comparée à la prise de médicaments.
Une grande consultation nationale sur la prise en charge de nos aînés est proposé par le Ministère de la Santé. Participez !