Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
télé et obésité

Obésité infantile : la télévision, pire que l'ordinateur et les jeux vidéos

La sédentarité (manque d'activité physique) est considérée par l'Organisation mondiale de la santé comme le quatrième facteur de risque de décès dans le monde (6%). Et elle concernerait 1 adulte sur 4.

Chez l'enfant, un mode de vie sédentaire serait fortement lié au risque d'obésité. Et sans surprise, le fait de passer du temps les yeux rivés sur l'écran y est pour beaucoup, comme le prouve - encore - une récente étude australienne.

Publiée dans l'Obesity Research & Clinical Practice, elle confirme ce que l'on savait déjà : rester assis devant la télé favorise l'obésité infantile. Plus encore que les jeux vidéo ou rester assis devant son ordinateur. Cette étude des chercheurs de l'Université South Australia, menée sur 234 enfants âgés de 10 à 13 ans, dont près de la moitié déjà considérés comme obèses, s'est particulièrement penchée sur les comportements dits « d'assise », à savoir la façon qu'avaient les enfants de s'assoir et l'énergie dépensée lors de la pratique de différentes activités sédentaires : télé, ordinateur, jeux vidéo, assis en voiture ou encore à table pour manger. Les jeunes, hors période de sommeil, ont ainsi passé 50% de leur journée assis et ont regardé en moyenne la télévision 2,5 à 3h par jour. Résultat : « Plus un enfant est inactif, plus ses risques de surpoids augmentent, mais tous les comportements sédentaires ne se valent pas lorsqu'il est question du poids des enfants, explique le Dr Margarita Tsiros, auteure de l'étude.

Ses recherches montrent en effet, et c'est une surprise, que le temps passé assis est moins important que ce qu'ils font lorsqu'ils restent assis. Certains types d'activité sont ainsi plus fortement associés à la graisse corporelle chez l'enfant que d'autres, et, selon l'étude, regarder la télévision « semble être le pire fautif. »

Pour conclure, l'étude, sans pousser bien sûr à l'interdiction des écrans, incite les parents à faire faire des pauses « actives » à leurs enfants après 30 minutes passées devant un écran.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.