Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
drgood

Mieux prendre en charge le cœur des femmes

Une femme sur trois meurt de maladies cardiovasculaires. Et pourtant elles sont encore mal prises en charge. Tel est le constat alarmant que dresse la Fédération Française de Cardiologie (FFC).

La faute, en partie, à des signes annonciateurs difficiles à percevoir tels que des douleurs dorsales, troubles digestifs, vertiges, maux de tête... C'est pour cette raison que la Fédération Française de Cardiologie, à l'occasion de la 38ème journée de l'hypertension artérielle, a présenté des recommandations spécifiques pour mieux dépister et soigner les femmes. A commencer par la mise en place d'un dépistage de l'hypertension artérielle, maladie en constante augmentation et, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), première cause évitable de maladie cardiovasculaire et d'accident vasculaire cérébral dans le monde.

Pour la FFC, ce dépistage devrait être calqué sur les moments clef de la vie hormonale d'une femme. Un premier dépistage devrait être effectué autour de la première contraception, un autre à la grossesse et enfin un dernier dépistage à l'heure de la ménopause, une période majeure dans le risque cardio-vasculaire, avec une prévalence du risque d'infarctus du myocarde de +17%. Mis notamment en cause chez les femmes de 45-55 ans, des facteurs élevés de stress, de surcharge pondérale ou d'obésité ainsi que le tabagisme, autant d'éléments favorisant l'explosion de l'hypertension artérielle.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.