Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
logo

Les fumeurs sous-estiment encore les risques du tabagisme

En 2019, une large majorité des Français n'ignorent plus que le tabac représente un facteur de risque majeur de maladies, à commencer par le cancer.

Et pourtant, selon le baromètre Cancer 2015 publié récemment par Santé Publique France, 9 Français sur 10 sont conscients que le tabac est, de loin, le premier facteur de risque de cancers évitable en France.

Chez les adultes âgés de 30 ans et plus, plus de 66 000 cas de cancers sont attribuables au tabac (54 000 chez les hommes et 12 000 chez les femmes). On peut alors se dire « enfin, les messages de prévention semblent porter leurs fruits ». Eh bien non ! Car ce rapport révèle aussi une perception du seuil de dangerosité largement sous-estimée.

Les fumeurs pensent par exemple qu'il faut en moyenne 12 cigarettes par jour et 16 années et demi de tabagisme pour risquer de développer un cancer. Ce qui est évidemment une idée fausse. Demandez à un spécialiste, il n'y a pas de seuil ! Le risque apparaît dès que l'on se met à fumer, que ce soient 5 ou 50 cigarettes par jour. Et ils ne sont que 23% à penser qu'il existe un risque dès une cigarette par jour. Il semble donc nécessaire de continuer à informer.

Et surtout d'en parler à son médecin. Car toujours selon ce baromètre, seuls trois fumeurs sur dix déclarent avoir abordé la question du tabac avec un médecin au cours de l'année passée, à part égale entre initiative du fumeur et initiative du médecin. Et sur ce point, aucune amélioration n'est constatée depuis 2010.

A lire également

Vous n'arrivez plus à vous concentrer, devant votre ordinateur ? Faites une sortie au vert !
Vous le savez, lutter contre les réfractaires à la vaccination est l'un de mes chevaux de bataille et je me suis déjà épanché à ce sujet dans cette newsletter. Aujourd'hui, je suis plutôt content d'avoir mené ce combat.
Il n'est jamais trop tôt pour prendre de bonnes habitudes : les comportements favorables à la santé adoptés dès le plus jeune âge conditionnent en partie ceux qui seront adoptés au cours de la vie.
S'il est communément admis que l'argent ne fait pas le bonheur, restait à savoir ce qui nous permettait d'être heureux de manière plus sûre.... Et d'après des chercheurs des universités de Yale et d'Oxford, c'est le sport.