Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
.

Les aliments ultra-transformés, mauvais (aussi) pour le cœur

Soupes déshydratées, nuggets de poulet ou de poisson, céréales de petit déjeuner ... les aliments dits "ultra-transformés" forment une famille très hétérogène. Mais ils ont pour point commun de contenir des ingrédients que je vous mets au défi de trouver dans votre cuisine...

On y retrouve des additifs, des colorants, ou encore des émulsifiants. Ces aliments n'avaient déjà guère bonne presse, mais la liste des risques qu'ils nous font courir est encore en train de s'allonger. Désormais, au risque accru de dyslipidémies (anomalie des lipides du sang), de surpoids, d'obésité et de cancer, il faut ajouter celui de maladies cardiovasculaires. C'est la fameuse étude française Nutrinet qui pointe ces dangers du doigt. Les scientifiques ont étudié les comportements alimentaires de 100 000 participants et ils ont observé qu'une augmentation de 10% de la part d'aliments ultra-transformés dans leur assiette était associée à une hausse de 12% de risque de maladies cardiovasculaires. La faute aux composants, aux emballages, aux procédés de fabrication de ces produits industriels ? Difficile, à ce stade, d'établir des liens de causalité pour les chercheurs.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.