Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
home

Le sexe nous tient à cœur

Tiens, si on parlait de sexe un peu. Un sujet qui me tient à cœur. Et qui devrait intéresser ceux qui ne sont pas trop adeptes de la marche, du jogging ou de toute autre activité physique un peu soutenue. Car faire l'amour, c'est bon pour le cœur, justement.

C'est en tout cas le bilan que tirent les spécialistes de la Fédération Française de Cardiologie (FFC) à l'heure où les vacances rassemblent toutes les conditions pour faire des galipettes avec chéri(e). Selon la FFC donc, « les bénéfices d'une activité sexuelle régulière pour le cœur sont multiples : un rapport sexuel représente un effort physique modéré comparable à la montée de 20 marches à bonne allure. Comme toute activité physique, il contribue à muscler le myocarde, c'est-à-dire le muscle cardiaque, ce qui permet d'éliminer les toxines de l'organisme ».

Et d'après une étude galloise, batifoler sous la couette trois fois par semaine, permettrait de diviser par deux le risque de crise cardiaque ou d'attaque cérébrale. Enfin, c'est aussi très bon pour le moral. Bonnes vacances sous la couette !

A lire également

Nos amis à quatre pattes, mais aussi les oiseaux, ont bien des vertus quand il s'agit de traiter notre santé physique ou mentale.
On le sait, la consommation de boissons sucrées (avec sucres ajoutés), de jus à base de fruit, de boissons énergétiques et énergisantes et bien sûr les sodas peut avoir un impact sur notre santé : prise de poids, risque de diabète de type 2, hypertension artérielle, infarctus... La liste...
Alors que la Haute Autorité de Santé saisie par le ministère de la santé pour "évaluer le bien-fondé du remboursement des médicaments homéopathiques" doit rendre un avis en juin prochain, les Académies nationales de médecine et de pharmacie dénoncent leur inefficacité.
La gestion de l'affaire des 59 cas révélés de lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) dus à des prothèses mammaires s'accélère.