Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
puzzle

Le puzzle, un casse-tête qui stimule le cerveau

Vous commencez à en avoir assez d'enchaîner les mots croisés, les Sudoku et autres jeux censés stimuler votre cerveau ? Et si vous vous mettiez à faire des puzzles ?

Une étude française, menée par Patrick Fissler, chercheur en neurologie à l'université d'Ulm en Allemagne, tend à démontrer que le puzzle pourrait, à long terme, être bénéfique à notre cerveau. Il est vrai que ce casse-tête est un jeu « cérébral » très complet puisqu'il fait appel à diverses fonctions cognitives, visuelles et spatiales.

Le chercheur en a dénombré huit parmi lesquelles la mémoire de travail, la perception, ou encore la rapidité. Testée sur une centaine d'adultes en bonne santé pendant 5 semaines à raison d'une heure par jour minimum, la pratique du puzzle a révélé « des améliorations significatives de certaines de nos compétences cérébrales », écrit le chercheur dans un article publié dans la revue Frontiers in Aging Neuroscience. Et ce d'autant plus que la complexité du puzzle est élevée. Alors, si on essayait ?

A lire également

Nos amis à quatre pattes, mais aussi les oiseaux, ont bien des vertus quand il s'agit de traiter notre santé physique ou mentale.
On le sait, la consommation de boissons sucrées (avec sucres ajoutés), de jus à base de fruit, de boissons énergétiques et énergisantes et bien sûr les sodas peut avoir un impact sur notre santé : prise de poids, risque de diabète de type 2, hypertension artérielle, infarctus... La liste...
Alors que la Haute Autorité de Santé saisie par le ministère de la santé pour "évaluer le bien-fondé du remboursement des médicaments homéopathiques" doit rendre un avis en juin prochain, les Académies nationales de médecine et de pharmacie dénoncent leur inefficacité.
La gestion de l'affaire des 59 cas révélés de lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) dus à des prothèses mammaires s'accélère.