Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
dioxyde titane

Le dioxyde de titane bientôt interdit dans les aliments

Nom de code : E171. Le gouvernement a tranché sur le sort du dioxyde de titane, un additif utilisé dans de nombreux produits alimentaires. Il sera interdit au 1er janvier 2020.

Le dioxyde de titane est ajouté dans les aliments pour ses propriétés colorantes et opacifiantes. On le retrouve dans des confiseries, des pâtisseries ou encore des plats cuisinés. Il se présente, au moins partiellement, sous forme de poudre nanométrique et est suspecté d'avoir des effets nocifs sur notre santé.

Si aucune étude n'a démontré formellement les dangers du dioxyde de titane sur l'homme, sa toxicité a été observée chez l'animal. Les autorités sanitaires ont donc opté pour le principe de précaution. Le produit est aussi utilisé dans domaines aussi divers que la cosmétique, les crèmes solaires, les peintures et les matériaux de construction. Mais à ce jour, l'interdiction prévue par le gouvernement ne concerne que l'utilisation de l'additif E171 dans les produits alimentaires.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.