Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
.

Le bio, c'est bon mais...

Meilleur pour la santé, le bio ? Pas toujours à en croire la revue 60 Millions de consommateurs qui analysé la composition de 130 produits bio dans son dernier hors-série.

Première chose, ne les pensez pas forcément plus diététiques que leurs équivalents non bios : ils sont souvent aussi gras et sucrés, voire plus ! Plus problématique pour les produits estampillés "bio", certains contiennent autant de polluants que les produits classiques. Pire encore, plusieurs œufs et laits référencés bio analysés contenaient davantage de PCB et de dioxines, des substances cancérogènes classées comme perturbateurs endocriniens. Comment expliquer de tels résultats ? Par l'environnement. Dans l'élevage, par exemple, le sol où gambadent les poules et les vaches n'est pas testé et les animaux peuvent se trouver en contact avec des sols pollués.

Côté fruits et légumes, même paradoxe : même s'ils ne sont pas traités, ils peuvent être cultivés à proximité de sources de contamination. Si on ajoute à cela que certains pesticides sont autorisés en agriculture biologique, la pertinence du label "bio" a de quoi être remise en question.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.