Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
bruit

L'OMS veut soulager nos oreilles

Et si nos téléphones mobiles ou autres appareils audio étaient bientôt équipés d'un limitateur de volume ?

Non pas parce que le bruit dérange l'entourage - quoique... - mais surtout parce qu'il menace sérieusement la santé auditive de ses utilisateurs. Et tout particulièrement celles des jeunes. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui s'est emparée du sujet en janvier dernier, 50% des jeunes de 12 à 35 ans à travers le monde, soit tout de même 1,1 milliard de personnes, risquent de développer des pertes auditives en raison « d'une exposition prolongée et excessive à des sons forts ».

En fait, l'OMS ne fait que marquer sa volonté d'appliquer une nouvelle norme qu'elle a élaborée avec l'Union Internationale des Télécommunications (UIT), agence des Nations Unies spécialisée dans les technologies de l'information et de la communication. Une norme qu'elle souhaite non contraignante mais qui vise à inciter les fabricants d'appareils audio à procurer à leurs utilisateurs plus de systèmes d'information sur le niveau sonore de l'appareil, sur la durée d'écoute, sur les risques pour la santé auditive. Appareils qui pourraient ainsi intégrer, par exemple, un contrôle parental ou un système d'alerte en cas de danger avec un limitateur automatique du volume.

Les jeunes « doivent comprendre qu'une audition perdue ne reviendra pas », assure l'OMS dans ses messages préventifs. Et pour le moment, nous n'avons que notre instinct pour nous dire si le volume sonore est trop élevé... ou pas.

A lire également

Vous n'arrivez plus à vous concentrer, devant votre ordinateur ? Faites une sortie au vert !
Vous le savez, lutter contre les réfractaires à la vaccination est l'un de mes chevaux de bataille et je me suis déjà épanché à ce sujet dans cette newsletter. Aujourd'hui, je suis plutôt content d'avoir mené ce combat.
Il n'est jamais trop tôt pour prendre de bonnes habitudes : les comportements favorables à la santé adoptés dès le plus jeune âge conditionnent en partie ceux qui seront adoptés au cours de la vie.
S'il est communément admis que l'argent ne fait pas le bonheur, restait à savoir ce qui nous permettait d'être heureux de manière plus sûre.... Et d'après des chercheurs des universités de Yale et d'Oxford, c'est le sport.