Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
home

L'araignée au plafond, c'est bon

On ne va pas se mentir, sans faire partie des 5% de Français arachnophobes, on n'aime pas trop les araignées. Et encore moins quand elles s'installent dans notre salle de bain ou dans la chambre à coucher.

De là à vous emparer de votre tong pour les écraser, il n'y a qu'un pas qu'il vaut mieux ne pas franchir.

D'abord, parce que parmi nos 1 500 espèces de petites araignées françaises, celles qui vivent dans nos intérieurs sont inoffensives pour l'homme. Ok, elles viennent parfois titiller votre peau pendant la nuit provoquant tout au plus quelques boutons urticants désagréables, mais sans risque pour la santé. Leurs crochets sont de toute façon trop courts pour percer la peau humaine. Et puis ces bestioles sont insectivores. Elles en consomment dans le monde entre 400 et 800 millions de tonnes par an !

Et c'est tout là l'intérêt de la chose : une araignée dans la maison est gage d'un environnement sain. Avec une araignée au plafond, adieu tiques, mouches, acariens, punaises, moustiques et même puces, autant d'autres petites bestioles qui, elles, en revanche, peuvent véhiculer des maladies transmissibles à l'homme. Des araignées qui nous protègent en quelque sorte.

A lire également

Et si nos téléphones mobiles ou autres appareils audio étaient bientôt équipés d'un limitateur de volume ?
En 2019, une large majorité des Français n'ignorent plus que le tabac représente un facteur de risque majeur de maladies, à commencer par le cancer.
Se soigner tout seul c'est parfois bien, encore faut-il s'y retrouver parmi les nombreux produits en vente libre. Voici nos conseils pour prévenir et soigner les maux de gorge.
Depuis le 15 septembre 2018, la téléconsultation, système qui met en relation à distance un patient et un médecin généraliste ou spécialiste, peut être remboursée par la Sécurité sociale sous certaines conditions.