Notre nouveau site Dr Good arrive bientôt !

Mais n'oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter qui dès le mois de novembre vous proposera des conseils pour vivre mieux plus longtemps.

S'inscrire
home

L'araignée au plafond, c'est bon

On ne va pas se mentir, sans faire partie des 5% de Français arachnophobes, on n'aime pas trop les araignées. Et encore moins quand elles s'installent dans notre salle de bain ou dans la chambre à coucher.

De là à vous emparer de votre tong pour les écraser, il n'y a qu'un pas qu'il vaut mieux ne pas franchir.

D'abord, parce que parmi nos 1 500 espèces de petites araignées françaises, celles qui vivent dans nos intérieurs sont inoffensives pour l'homme. Ok, elles viennent parfois titiller votre peau pendant la nuit provoquant tout au plus quelques boutons urticants désagréables, mais sans risque pour la santé. Leurs crochets sont de toute façon trop courts pour percer la peau humaine. Et puis ces bestioles sont insectivores. Elles en consomment dans le monde entre 400 et 800 millions de tonnes par an !

Et c'est tout là l'intérêt de la chose : une araignée dans la maison est gage d'un environnement sain. Avec une araignée au plafond, adieu tiques, mouches, acariens, punaises, moustiques et même puces, autant d'autres petites bestioles qui, elles, en revanche, peuvent véhiculer des maladies transmissibles à l'homme. Des araignées qui nous protègent en quelque sorte.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.