Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
drgood

Jamais sans mon portable !

Vous qui vivez avec votre époque, vous qui avez conscience de l'augmentation inquiétante du temps passé devant les écrans et des conséquences sur notre santé, surtout pour celle des plus jeunes, connaissez-vous le mot « nomophobie » ?

Vous donnez votre langue au chat ? La nomophobie n'est autre que « la peur ou l'inquiétude de ne pas avoir accès à son téléphone portable ou la peur de ne pas pouvoir s'en servir », contraction des termes anglais « no » « mo » (pour mobile) et « phobia ». Et, signe des temps, ce terme, qui a fait son apparition dans nos dictionnaires depuis une dizaine d'années, a récemment été élu mot le plus emblématique de l'année 2018 au Royaume-Uni par le très sérieux comité du Cambridge Dictionary.

Certes, la nomophobie n'est pas - pas encore en tout cas - un trouble considéré comme une addiction au sens scientifique du terme, mais il en offre tous les symptômes. De nombreuses études pointent par exemple les crises d'angoisse qui s'emparent de ceux n'ayant plus de batterie, ayant perdu leur téléphone ou se trouvant dans des lieux sans accès à un réseau internet.

De nombreux spécialistes de la santé mentale militent aujourd'hui pour que la nomophobie soit reconnue comme une pathologie, à l'image de l'usage addictif des jeux vidéos que l'organisation Mondiale de la Santé a officiellement fait entrer dans la catégorie « addiction », il y a quelques mois. Alors, nomophobe ou pas ?

A lire également

Et si nos téléphones mobiles ou autres appareils audio étaient bientôt équipés d'un limitateur de volume ?
En 2019, une large majorité des Français n'ignorent plus que le tabac représente un facteur de risque majeur de maladies, à commencer par le cancer.
Se soigner tout seul c'est parfois bien, encore faut-il s'y retrouver parmi les nombreux produits en vente libre. Voici nos conseils pour prévenir et soigner les maux de gorge.
Depuis le 15 septembre 2018, la téléconsultation, système qui met en relation à distance un patient et un médecin généraliste ou spécialiste, peut être remboursée par la Sécurité sociale sous certaines conditions.