Notre nouveau site Dr Good arrive bientôt !

Mais n'oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter qui dès le mois de novembre vous proposera des conseils pour vivre mieux plus longtemps.

S'inscrire
drgood

Jamais sans mon portable !

Vous qui vivez avec votre époque, vous qui avez conscience de l'augmentation inquiétante du temps passé devant les écrans et des conséquences sur notre santé, surtout pour celle des plus jeunes, connaissez-vous le mot « nomophobie » ?

Vous donnez votre langue au chat ? La nomophobie n'est autre que « la peur ou l'inquiétude de ne pas avoir accès à son téléphone portable ou la peur de ne pas pouvoir s'en servir », contraction des termes anglais « no » « mo » (pour mobile) et « phobia ». Et, signe des temps, ce terme, qui a fait son apparition dans nos dictionnaires depuis une dizaine d'années, a récemment été élu mot le plus emblématique de l'année 2018 au Royaume-Uni par le très sérieux comité du Cambridge Dictionary.

Certes, la nomophobie n'est pas - pas encore en tout cas - un trouble considéré comme une addiction au sens scientifique du terme, mais il en offre tous les symptômes. De nombreuses études pointent par exemple les crises d'angoisse qui s'emparent de ceux n'ayant plus de batterie, ayant perdu leur téléphone ou se trouvant dans des lieux sans accès à un réseau internet.

De nombreux spécialistes de la santé mentale militent aujourd'hui pour que la nomophobie soit reconnue comme une pathologie, à l'image de l'usage addictif des jeux vidéos que l'organisation Mondiale de la Santé a officiellement fait entrer dans la catégorie « addiction », il y a quelques mois. Alors, nomophobe ou pas ?

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.