Rechercher
en ce moment

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
fromage

Du fromage pour bébé

Votre bébé ou jeune enfant aime le fromage ? Le vrai, celui qui a « du goût », genre camembert ? Alors, qu'il en mange !

Selon une étude européenne coordonnée par une équipe française de l'Institut National de la recherche Agronomique (Inra) et du service pneumologie du CHU de Besançon, une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge pourrait en effet réduire le risque de développer des allergies alimentaires ou des maladies dermatologiques telles que l'eczéma. Et même de diminuer d'autres risques liés à l'asthme par exemple.

Publiée dans la revue Allergy, cette étude menée depuis 2002 et baptisée PATURE IV (Protection contre l'Allergie : éTUde du milieu Rural et de son Environnement - Volet IV) a été effectuée sur la consommation de six types de fromage (pressé, semi-pressé, à pâte molle, bleu, frais, de la ferme) soumis à 931 enfants de 0 à 6 ans vivant en milieu rural.

D'après ses résultats, « la consommation de fromage entre 12 et 18 mois serait associée à une réduction significative du risque de dermatite atopique (eczéma) à 6 ans et d'allergie alimentaire ». Une réduction des risques chiffrée jusqu'à 50% tout de même. Mais l'étude fait aussi valoir « un risque diminué de rhinite allergique, d'asthme et de sensibilisation aux allergènes tant alimentaires qu'inhalés. »

Selon les chercheurs, le fromage - « celui qui a du goût » principalement, en opposition à ceux plus « standardisés », et les produits laitiers plus généralement, contiennent une diversité microbienne qui favoriserait dès le plus jeune âge la formation d'un microbiote intestinal garant d'un bon système immunitaire.

Des résultats importants donc, mais qui nécessitent toutefois de nouveaux travaux afin de déterminer si « la diminution du risque est liée à la diversité ou à la fréquence de consommation des fromages. »

A lire également

Depuis plus de 20 ans que j'ai le plaisir et la responsabilité de vous prodiguer de bons conseils dans les médias, à l'heure des traditionnels vœux de début d'année, mon discours n'a pas changé : prenez soin de vous et faites attention à votre santé.
Et si on profitait de 2019 pour faire chuter de 40% les cancers en France ? C'est en tout le vœu de l'Institut National du Cancer (INCa).
On le sait, de nombreuses études ont déjà démontré les bienfaits de la présence d'un animal pour diminuer le stress ou l'hypertension, pour ne citer qu'elles.
L'hiver est bel et bien arrivé. Et les virus qui l'accompagnent aussi : la grippe qui touche chaque année entre 2 à 6 millions de personnes ou encore la bronchiolite qui concerne 30% des enfants de moins de deux ans par an.