Notre nouveau site Dr Good arrive bientôt !

Mais n'oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter qui dès le mois de novembre vous proposera des conseils pour vivre mieux plus longtemps.

S'inscrire
home

Cancers de la peau : coup de soleil sur la prévention

Bonne nouvelle sous le soleil pour la prévention des cancers de la peau : selon le dernier baromètre cancer publié cet été par Santé publique France, 90 % des Français savent aujourd'hui que les expositions au soleil en sont une cause probable et qu'elles font vieillir prématurément la peau.

Mais, paradoxalement, ce n'est pas pour autant qu'ils se protègent. Seuls 14 % mettent de la crème toutes les deux heures, seuls 27 % évitent de s'exposer aux heures les plus ensoleillées entre 12h et 16h et 41 % portent des lunettes de soleil. Quant au phénomène « coup de soleil », on tombe dans l'absurde : près d'un Français sur deux estime que « si les coups de soleil de l'enfance sont bien soignés, ils sont sans conséquence à l'âge adulte » et un quart pense que faire des UV artificiels avant les vacances « permet de préparer la peau pour se protéger des coups de soleil », alors que c'est bien sûr totalement faux. Un coup de soleil augmente toujours le risque de cancer de la peau !

Un motif de satisfaction tout de même, les parents sont plutôt attentifs à la protection de leurs enfants : plus de la moitié des parents d'enfants de moins de 15 ans et 70 % des parents d'enfants de moins de 4 ans déclarent les protéger par de la crème solaire, un t‑shirt et un chapeau.

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.