Rechercher

La GoodLetter de Michel Cymes, votre nouvelle newsletter bien-être et santé, tous les 15 jours !

"Des infos santé, des envies, des découvertes, des coups de gueule et toujours des conseils… avec le ton décomplexé, sans tabou et proche de vous qui m’est familier. La GoodLetter, c’est tout cela et plus encore. Une autre façon de prendre soin de soi."

Rejoignez-moi !
.

80 à 90 % des diagnostics de maladie de Lyme sont erronés

C'est peut-être votre cas : un grand nombre de personnes présentent, de manière inexpliquée et prolongée, de la fatigue, des maux de têtes, des troubles de la mémoire ou de la concentration, ou encore des douleurs articulaires...

Devant de tels symptômes, certains médecins suspectent une maladie de Lyme persistante ou chronique. Rarement à raison. Une étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) s'est intéressée à la confirmation du diagnostic de la maladie. Parmi les 301 patients inclus, le diagnostic a été confirmé chez 29 patients (10%) et s'est avéré "possible" chez 9 (3%). Parmi les 243 patients présentant un diagnostic autre, les principales maladies étaient d'origine psychologique, rhumatologique, ou encore neurologique.

Ces résultats concordent avec deux autres études françaises et viennent corroborer l'importance des phénomènes de sur-diagnostic et de sur-traitement de la maladie de Lyme. D'après les auteurs, les autorités sanitaires de notre pays devraient se pencher sur ce problème préoccupant, à l'heure du bon usage des antibiotiques. La controverse n'est pas prête de s'éteindre...

A lire également

Le plastique ce n'est pas que pour emballer les aliments, il est aussi dedans... Et nous en avalons quotidiennement des quantités préoccupantes.
Chaque année, c'est la même histoire. Votre trousse à pharmacie déborde, et pourtant, vous n'avez jamais ce qu'il vous faut pour faire face aux petits pépins.
Comment gâcher le départ en vacances dans la voiture familiale ? Avec un mal des transports carabiné, évidemment.
Quel impact ont eu 20 ans d'usage d'Internet sur nos capacités cognitives et nos interactions avec autrui ? C'est ce qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs internationale, qui publie ses résultats dans la revue World Psychiatry.